Actualité

L'UNESCO soutient les petits États insulaires en développement dans leur suivi des politiques en faveur de la créativité.

En 2022, l'UNESCO a lancé un programme de renforcement des capacités pour aider les petits États insulaires en développement (PEID) à faire le suivi et à élaborer des politiques en faveur de la créativité.
Creative industries SIDS

Quinze PEID ont participé aux ateliers de formation en ligne tout au long du mois de septembre 2022, réunissant des représentants des gouvernements et de la société civile de la Barbade, du Belize, du Cabo Verde, de Cuba, de la Dominique, d'Haïti, de la Jamaïque, de Maurice, de Niue, de la République dominicaine, de Saint-Kitts-et-Nevis, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, de Samoa, du Timor-Leste et de Trinité-et-Tobago.

L'atelier a été très productif et utile. Non seulement il a renforcé notre engagement, mais le fait d'en apprendre davantage sur la Convention nous a inspirés et motivés à élaborer notre premier rapport périodique quadriennal. Le partage par la Jamaïque de son expérience et ses propres défis a rendu cet exercice réel.
Une représentante de Niue

Tous les États Parties à la Convention de 2005 de l'UNESCO pour la protection et la promotion de la diversité culturelle sont invités à entreprendre des recherches et des analyses régulières sur les politiques et mesures mises en œuvre pour protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles au niveau national par le biais d'un rapport périodique. Cela permet aux États d'évaluer l'impact des changements des politiques mises en œuvre sur leurs industries créatives et culturelles, de fixer des priorités et d'identifier si des ressources humaines et financières supplémentaires sont nécessaires. L’élaboration du rapport offre également une occasion unique d'établir un dialogue entre les gouvernements et les acteurs de la société civile, permettant ainsi à un large éventail de parties prenantes de contribuer à l’élaboration des politiques publiques en faveur de la créativité.

Cependant, de nombreuses Parties à la Convention de 2005, en particulier les PEID, éprouvent des difficultés à effectuer ce type d'analyse de leurs politiques. Parfois, elles ne disposent pas de données ou d’informations appropriées pour éclairer l'élaboration de politiques pertinentes et transparentes. Leur capacité à évaluer l'impact des politiques et des mesures contribuant au développement de l'économie créative et à la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles peut être limitée.  Parmi les 28 Parties qui n'ont jamais soumis un rapport périodique, 40% sont des PEID.

L’atelier a permis aux participants de mieux comprendre l'objectif et les processus participatifs associés à cet exercice de suivi, ainsi que le lien entre les principes généraux de la Convention de 2005, les résultats atteints et leur impact. Les ateliers ont également favorisé l'apprentissage entre pairs entre les États et en particulier la coopération Sud-Sud. Par exemple, grâce aux expériences partagées par le Burkina Faso, la Jamaïque et le Pérou, les participants ont réalisé que d’autres pays rencontrent des difficultés similaires aux leurs lors de l'élaboration du rapport, et ont découvert leurs manières pour les surmonter.

Ces trois pays ont aussi souligné comment la soumission du rapport les a conduits à adopter des actions concrètes au niveau national, ce qui a encouragé le développement inclusif et durable de l'économie créative et a eu un impact positif pour les artistes et les professionnels de la culture.

Cette formation en ligne n'était que la première étape du programme de renforcement des capacités pour les PEID. Suite à cet atelier, les États intéressés pourront déposer une demande de financement et d’assistance pour organiser des consultations multipartites et des ateliers de renforcement des capacités afin d'améliorer la collecte de données et le suivi des politiques dans leur pays.

En plus du programme de renforcement de capacités, il est notable de souligner que depuis 2010, le Fonds international pour la diversité culturelle de l'UNESCO, qui est l’instrument financier de mise en œuvre de la Convention de 2005, a investi environ 960 000 USD pour soutenir les industries culturelles et créatives dans les PEID en finançant 15 projets.