Article

L'UNESCO organise une session sur la sécurité des journalistes dans la guerre en Ukraine à l'occasion de la JMLP 2022

À l'occasion de la Conférence de la Journée mondiale de la liberté de la presse (JMLP) 2022, le 4 mai, l'UNESCO et le Forum mondial pour le développement des médias (GFMD) ont organisé une session sur la sécurité des journalistes dans la guerre en Ukraine.
Safety of Journalists in Ukraine War

Le dialogue, qui s'est déroulé à Punta del Este, en Uruguay, a rassemblé des participants en présentiel et en ligne et a souligné l'importance de la sécurité des journalistes en période de conflit, afin qu'ils puissent librement réaliser des reportages et informer le monde sur la réalité de la situation.

La session a offert un forum de discussion sur les défis actuels que rencontrent les journalistes en Ukraine, a présenté les perspectives et les expériences des travailleurs des médias à l'intérieur et à l'extérieur du pays, ainsi que les réponses de la communauté internationale. Le dialogue, modéré par Tom Law, Responsable de la politique et de l'apprentissage du GFMD, a rassemblé des organisations internationales et régionales, des ONG et l'Union nationale des journalistes d'Ukraine (NUJU).

Des médias libres et indépendants sont essentiels pour garantir que les civils aient accès à des informations susceptibles de leur sauver la vie et pour démystifier la désinformation et les rumeurs, en particulier en période de conflit. Les journalistes sont les témoins en première ligne de la guerre en Ukraine. Ils risquent leur vie pour informer leurs concitoyens et la communauté internationale. En effet, depuis le début de la guerre en Ukraine, le Directeur général de l'UNESCO a officiellement condamné l'assassinat de 9 journalistes morts dans l'exercice de leur travail pour informer le monde des réalités de la guerre.

Mme Teresa Ribeiro, Représentante de l'OSCE pour la liberté des médias, a souligné l'importance du travail des journalistes pour rendre compte de la guerre :

Tout d'abord, permettez-moi de rendre hommage à tous les journalistes qui travaillent en Ukraine. Imaginez s’ils n’étaient pas là, nous ne saurions rien de ce qui se passe sur le terrain. [Leur travail] permet de recueillir des faits fondés sur des preuves qui pourront être présentés ultérieurement aux mécanismes de reddition de comptes et aux tribunaux. Ce qu'ils font est extrêmement important. 
Teresa Ribeiro Représentante de l'OSCE pour la liberté des médias
La question de la stabilité économique est très importante pour nous et il est de notre responsabilité d'aider les journalistes ukrainiens et les médias à fournir des informations aux citoyens ukrainiens.
Sergiy Tomilenko Président de l'Union nationale des journalistes d'Ukraine (NUJU)

À cet égard, Mme Rebecca Vincent, Directrice des opérations et des campagnes de Reporters sans frontières (RSF), a souligné la rapidité de la réaction de la communauté internationale face à la crise, et a notamment mentionné la rapidité de la sensibilisation et du soutien apportés aux journalistes ukrainiens dès le début de la crise.

En outre, le conflit menace également les moyens de subsistance et la viabilité du secteur des médias et de ses travailleurs, car un certain nombre de médias ont dû cesser leur activité. En effet, Mme Daryna Shevchenko, Cofondatrice de The Fix et Directrice générale du Kyiv Independent, a souligné que les salles de rédaction ukrainiennes devraient être financées sur le long terme afin d’avoir le temps et la possibilité de s'adapter à l'évolution des circonstances.

Les salles de rédaction ukrainiennes doivent être accompagnées : elles doivent être financées sur le long terme, ne pas avoir à se soucier de payer des salaires chaque mois pendant un certain temps et pouvoir prendre le temps de s'adapter à leur nouvelle situation.
Daryna Shevchenko Cofondatrice de The Fix et Directrice générale du Kyiv Independent
La guerre de l'information ne se joue pas seulement en ligne. Nous avons assisté au bombardement d'au moins 12 tours de télévision. Cela n'a qu'un seul objectif : empêcher les citoyens d'accéder à des informations fiables. [...] Il n'est pas facile de combattre une telle désinformation, mais l'une des choses que la communauté internationale doit faire est permettre aux ressources de développer des initiatives de vérification des faits, et à long terme de promouvoir l'éducation aux médias et à l'information pour que les citoyens puissent identifier la désinformation. 
Jeremy Dear Secrétaire général adjoint de la Fédération internationale des journalistes (FIJ)

Dans ses remarques finales, Tom Law a appelé à un soutien accru des médias et des journalistes indépendants en Ukraine, notamment grâce à la signature de la Déclaration de Pérouse pour l'Ukraine. Lancée lors du Festival international du journalisme le 9 avril 2022, la déclaration appelle la communauté internationale à être solidaire des journalistes en Ukraine et à s'engager à intensifier les efforts pour soutenir les journalistes dans les zones de conflit. La déclaration a déjà été signée par 11 organisations médiatiques ukrainiennes et 204 organisations médiatiques internationales.

La sécurité de tous les journalistes est essentielle afin qu’ils puissent informer librement et que le monde comprenne la réalité et les faits de la guerre en cours, notamment ses conséquences humanitaires. Nous sommes solidaires de tous les journalistes et médias indépendants qui couvrent l'agression de la Russie contre l'Ukraine. Plus la menace qui pèse sur la vie, les moyens de subsistance et la capacité des journalistes ukrainiens à faire leur travail est grande, plus nos efforts pour les soutenir seront importants.
Tom Law Responsable de la politique et de l'apprentissage, Forum mondial pour le développement des médias, citant la Déclaration de Pérouse pour l'Ukraine

Depuis le début de la crise, l'UNESCO a soutenu les journalistes en Ukraine, notamment en fournissant des équipements de protection individuelle, en relocalisant les deux syndicats de journalistes du pays dans des zones plus sûres et en menant une mission en Ukraine pour évaluer les besoins des travailleurs des médias. Cette session sur la sécurité des journalistes en Ukraine s’inscrit dans la continuité de ces efforts.