Article

Le Fonds d’Urgence pour le Patrimoine de l’UNESCO soutient les forêts de Madagascar, Patrimoine Mondial, endommagées par le cyclone

Suite au passage du cyclone Batsiraï, le site du patrimoine mondial des « Forêts humides de l’Atsinanana » et les communautés locales préparent leur relèvement et résilience.
:  Recovery mobilization in Andringitra area after the impact of cyclone Batsirai (Madagascar National Parks).

Les 5 et 6 février 2022, Madagascar a été sévèrement impacté par le cyclone de catégorie 3 Batsiraï, deux semaines seulement après le passage du cyclone Ana. Ce nouveau cyclone a été dévastateur, faisant au moins 120 morts et détruisant plus de 91 000 habitations. Les « Forêts humides de l’Atsinanana », inscrites sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007 et sur la Liste du patrimoine mondial en péril depuis 2010, en raison de l’exploitation forestière illégale et du braconnage de lémuriens en voie de disparition, ont aussi été fortement atteintes.

Les communautés locales vivant dans la région doivent faire face à des défis majeurs, en particulier dans les zones de Ranomafana et Andringitra. A titre d’exemple, un centre d’interprétation et un chalet dédié au tourisme ont été endommagés, affectant les activités touristiques sur ces deux sites. Les inondations et glissements de terrain liés au cyclone ont également abîmé des ponts et des routes, rendant difficile l’accès aux sites patrimoniaux et l’évaluation des dommages.

L’UNESCO, à travers son Fonds d’Urgence pour le Patrimoine, a fourni 36 300 dollars pour soutenir le relèvement initial des « Forêts humides de l'Atsinanana » et de leurs communautés locales et pour effectuer une évaluation complète des dommages, qui permettra d’informer et de planifier les interventions urgentes nécessaires. Plusieurs évaluations sont en cours pour mesurer l’impact du cyclone sur l’environnement, les infrastructures et les moyens de subsistance des populations. Les résultats seront utilisés par l'UNESCO pour faciliter la mise en place d’activités de relèvement et de reconstruction à plus long terme. En outre, le Fonds d’Urgence pour le Patrimoine finance également l'achat d'équipements afin de stabiliser d'urgence les sites clés et d'éviter de nouveaux dégâts.

En se dotant d’équipement adéquat et en tirant les leçons d'une évaluation précise des dommages, le projet de l’UNESCO permettra aux équipes locales de mieux comprendre l’impact des aléas naturels sur le patrimoine culturel, d’évaluer les meilleures actions à entreprendre en cas de catastrophes et enfin de se préparer à d’éventuelles situations d’urgence dans le futur.

Cette activité est soutenue par le Fonds d’Urgence pour le Patrimoine de l’UNESCO. Nous tenons à remercier ses donateurs : le Fonds du Qatar pour le développement, le Royaume de Norvège, la République française, le Gouvernement du Canada, la principauté de Monaco, ANA Holdings INC., la République d’Estonie, le Royaume des Pays-Bas, le Grand-Duché du Luxembourg, la Principauté d’Andorre, la République slovaque et la République de Serbie.